Chassez peurs et phobies avec l’EFT

article-temps-de-lecture

Lecture 4 minutes

Qu’est-ce qu’une phobie ?

phobie-et-peur-vaincre-avec-l'eft
la phobie-et-les peurs

La phobie est une peur incontrôlable qui appartient à la catégorie des troubles anxieux.
C’est est une peur irraisonnée, irrationnelle, et surtout qui est déclenchée par une circonstance bien souvent sans danger réel.
La personne phobique n’arrive pas à affronter sa peur.
Elle sait que cette dernière est disproportionnée par rapport aux risques, mais quelque chose en elle la pousse à réagir à l’extrême provocant stress, angoisse et anxiété.
Or son cerveau analytique n’arrive pas rationaliser à tempérer ou contrôler cette peur.
Les personnes phobiques cherchent à éviter l’objet ou l’endroit qui les paniques.
Ils modifient même leur comportement et adoptent souvent un rituel pour gérer leur angoisse.
Cet état phobique paralyse et déclenche une attaque de panique.
La personne se met alors à transpirer, son rythme cardiaque et sa respiration s’accélèrent ses muscles se contractent, Elle peut avoir des bouffées de chaleur, une transpiration excessive, des vertiges, des troubles gastro-intestinaux (nausées, diarrhée…), le corps se prépare alors à la fuite, mais il lui est impossible de faire quoi que ce soit.
L’appréhension même de se voir confrontée à l’objet de sa peur (araignées, avions, foules, parler en public, prendre la voiture …). peut devenir très handicapante dans sa vie quotidienne car elle met en place un comportement d’évitement. Les répercussions sur la vie sociale où professionnelle peuvent être parfois très lourdes de conséquences et les phobies peuvent conditionner la vie entière de ceux qui en souffrent et de leur entourage.

Analyse et origine  du comportement phobique

études-scientifique-eft
Phobie-et-études-scientifique-en-EFT

La peur fait partie des émotions principales chez l’homme, c’est est une émotion de sauvegarde face au danger.
Dans le cas des phobies la peur serait un signal d’alarme concernant une situation actuelle qui est similaire à une situation du passé qui nous à mise en danger ou bien c’est juste une manifestation comportementale disproportionnée du cerveau analytique préfrontal à évaluer le degré de dangerosité d’une situation sans contexte passé .

Dans le cas d’une situation déjà vécue dans le passé la mémoire biologique et biochimique enregistrée dans le corps, induit le signal d’alarme émit par l’amygdale qui est le centre de la peur.
Au moment où vous avez été confronté à une peur réelle, le stress a envahi votre corps.
Le stress est une réaction biochimique du corps.
L’amygdale qui est placée au centre du cerveau dans la zone limbique, est le foyer réactif de la peur.
Elle envoie un message de danger et fait réagir le système biologique du corps en émettant les hormones d’adrénaline et de cortisol.
Ces hormones déclenchent alors le système sympathique qui active la mobilisation effrénée du corps en mettant en action les réactions physiologiques pour éviter le danger soit par la fuite, le combat ou l’immobilisme.
Dans la phobie, la réaction la plupart du temps adopté est la fuite où sont parallèles l’évitement.
Dans une surestimation du danger sans contexte passé le métabolisme physiologique est le même.
Dans les deux cas de figure le cortex préfrontal n’arrivé pas à prendre le dessus et c’est tout le système biologique et biochimique qui prend le contrôle, c’est la partie inconsciente.
Le cerveau préfrontal qui dans son bon fonctionnement analyse les données et  rationnalise   la situation n’arrive pas à voir cette dernière dans son contexte réel et n’arrive pas à communiquer avec la partie inconsciente.
Il imagine le danger et tout le système biochimique est mis en branle, d’où le fait que vous ne puissiez réagir rationnellement à la situation et à la situation et à votre comportement.

Les deux cerveaux, le limbique qui régit les émotions et le cerveau primaire qui régit les automatismes de survie prennent alors le contrôle et débranche le cortex préfrontal (votre cerveau analytique). Ils provoquent un état qui, de façon erronée, vous informe d’un danger que vous devez éviter à tout prix. Même si votre cerveau analytique vous indique qu’en fait, il n’y a pas de danger (ce qui est véridique), votre capacité de raisonnement est “débranchée ” les parties du cerveau qui régissent la partie inconsciente de votre être prennent la direction . “L’opinion” de votre partie consciente ne compte plus. Il ne peut pas agir sur vos émotions pour vous raisonner . Vous vous sentez “en danger” C’est plus fort que vous.

 

SOLUTION

phobie-solution-EFT
Phobie-une-solution-avec-l’EFT

Nous allons agir sur cette phobie en utilisant les ressentis associés à votre peur, en allant transformer les émotions afin de stopper les réactions biologiques, chimiques et physiologiques inconscientes .
L’EFT à travers la stimulation des points méridiens va agir dans un premier temps sur le système sympathique.
Le système sympathique c’est le mécanisme physiologique de votre corps qui permet à celui-ci d’être en alerte.
C’est l’état dans lequel notre cerveau se trouve en état normal sur une onde Beta.
Mais celui-ci dans une situation de danger est en suractivité.
Les tapotements sur les méridiens vont calmer le système sympathique, le freiner en quelque sorte pour vous amener à passer en mode parasympathique qui est l’état de détente du corps là où les ondes du cerveau passe en état Alpha (zone d’onde que l’on atteint en état de méditation, d’hypnose par exemple).
Une fois que l’on est passé sur ce mode physiologique, l’amygdale reçoit un message contradictoire il va y avoir une confusion interne entre le message reçu et celui exercé par la stimulation des points méridiens.

De plus le fait de calmer le corps va faire que celui-ci va émettre d’autres hormones de détente, la sérotonine, l’endorphine, le gaba … il y a donc bien là un message chimique contradictoire.
L’amygdale va donc cesser son message et stopper l’envoi de cortisol et d’adrénaline ce qui va finir par calmer toute la réaction de stress.
Pendant ce temps durant les tapotements sur les points méridiens un dialogue verbal est établi sur l’objet de la peur et ses mécanismes impliqués dans son attitude face à l’objet de ses craintes, nous établissons là une analyse cognitive comportementale.
Le cerveau analytique va doucement reprendre les rênes et commencer à analyser et rationaliser la situation, pendant que la partie inconsciente physiologique s’apaise afin de faire comprendre aux deux autres parties du cerveau qu’il n’y a pas de danger dans cette situation.

Les trois cerveaux sont alors à nouveau inter connectés et peuvent rétablir l’équilibre face à la situation et ne plus envoyer de messages faussés de l’évènement redouté auparavant.
Ce n’est plus la partie inconsciente physiologique qui prend le gouvernail du bateau mais bien le cerveau analytique, capitaine du navire.
Avec l’EFT j’ai souvent vu une personne se débarrasser de leur peur en traitant simplement tous les ressentis vécurent dans le corps lorsque la peur se présente.
En règle générale, une à un séance de coaching peut vous permettre d’être capable de réduire votre peur significativement.
L’EFT est un outil qui a la particularité de pouvoir être pratiqué seul, mais si vous désirez que quelqu’un vous aide à régler votre peur et vous accompagne pour un coaching je suis à votre disposition afin de vous permettre de maîtriser cette technique de libération des émotions par vous-même.

N’hésitez pas à réagir à cet article en donnant votre opinion ou en me posant des questions afin qu’il y est une interactivité.

Launch Popup

© Copyright 2020 G.Kareb
Correctrice de texte: Dalila KAREB

Grégoire KAREB

 

 

 

 

BONUS TÉLÉCHARGER GRATUITEMENT LE LIVRE 21 QUESTIONS POUR TOUT SAVOIR SUR L’EFT

Ebook-21-questions-pour-tout-savoir-sur-l'EFT-eft-hypnose.fr
Découvrez-l’EFT-à-travers-ce-livre-qui-répondra-à-vos-questions-sur-cette-technique-de-libération-des-émotions

 

 

 

Des études surprenantes

Etudes-sur-l'EFT
Phobies-et-études-scientifique-en-EFT

Il existe plusieurs études qui confirment l’efficacité de l’EFT (tapping) pour diminuer significativement les peurs spécifiques ( liens en fin d’articles) EFT/ et la peur de petits animaux

Dans l’étude suivante: Evaluation of a meridian-based intervention, Emotional Freedom Techniques (EFT), for reducing specific phobias of small animals par Steve Wells, Kathryn Polglase, Henry B. Andrews, Patricia Carrington et A. Harvey Baker dans Journal of Clinical Psychology, Volume 59, numéro 9, pages 943–966, Septembre 2003. (Sommaire anglais disponible ici)

Dans cette études il a été formé deux groupes distincts.  Dans le premier groupe il a été proposé une séance d’EFT et le second a reçut une séance de respiration diaphragmatique.  A la suite d’une séance de 30 minutes avec l’EFT offrant des résultats statistiquement supérieurs au groupe de séance de respiration. Les résultats obtenus avec l’EFT furent augmentés ou maintenus à la suite d’un suivi après 6 à 9 mois. EFT et peurs diverses Dans l’étude suivante: The Immediate Effect of a Brief Energy Psychology Intervention (Emotional Freedom Techniques) on Specific Phobias: A Pilot Study par Martha M. Salas, Audrey J. Brooks et Jack E. Rowe dans EXPLORE: The Journal of Science and Healing, Volume 7, Issue 3, May–June 2011, Pages 155–161 (Sommaire anglais disponible ici)

Dans cette étude il y avait deux groupes d’étudiants avec  des phobies diverses (hauteur, serpents, peur du noir, peur des seringues). dans cette étude là aussi fut proposé pour un groupe, une séance d’EFT et l’autre groupe reçut une séance de respiration diaphragmatique.  Les deux groupes ont montré une réduction significative des peurs à la suite d’une séance de 5 séquences de 2 minutes pour chaque type de traitement,  avec l’EFT/TLE offrant des résultats statistiquement supérieurs. EFT et peur des petits animaux

Dans l’étude suivante: Emotional Freedom Techniques (EFT) reduces intense fears: A partial replication and extension of Wells et al. par Baker, A. H., & Siegel, M. A. (2010) dans Energy Psychology: Theory, Research, & Treatment, 2010, 2(2), p 13-30. (sommaire anglais disponible ici) Trois groupes furent créés: un pour l’EFT, un 2e pour une entrevue de soutien et un 3e qui n’a reçu aucun traitement.  Une séance d’EFT de 45 minutes a produit une diminution significative des peurs de petits animaux (rats, araignées et insectes…).  Ce qui ne fut pas le cas pour les deux groupes de contrôle.  Les améliorations ont persisté lorsqu’elles furent vérifiées après plus d’un an à la suite du traitement.